Alfredo Rodríguez, “El mejor pianista del mundo”

0
55
Découvert par Quincy Jones au festival de Montreux, le pianiste cubain Alfredo Rodriguez poursuit sa carrière aux Etats-Unis sous la houlette du compositeur-arrangeur cher à Miles Davis. Il représente la grande tradition de l’île des Caraïbes, alliant musicalité et énergie, tout en s’ouvrant aux musiques du monde.
Dans ce troisième album en cinq ans, Alfredo Rodriguez exprime ses sentiments sous ce titre Tocororo, oiseau national de Cuba, qui, s’il est enfermé en cage, meurt de tristesse.

Aujourd’hui résidant aux Etats-Unis, le pianiste commente : « Grâce aux réseaux sociaux et à la technologie, je vis dans un très petit monde avec des pays qui sont désormais capables de voir ce que les autres pays sont en train de faire-s’influençant ainsi mutuellement-et j’espère que Cuba aura bientôt la même liberté. Les choses sont en train de changer là-bas, même si c’est lentement. Le processus est engagé ».
Pour cette aventure musicale, Alfredo Rodriguez a mis à contribution des musiciens venus de tous horizons, de Richard Bona à Ibrahim Maalouf et aux sœurs jumelles Lisa et Naomi Diaz, filles du percussionniste cubain « Anga »Diaz mais élevées en France. Le répertoire reflète aussi cette diversité, de Bach à Piazzolla avec bien entendu des airs aux accents cubains dont cinq compositions du pianiste lui-même.
Instrumental et vocal, Tocororo met en joie, ce qui est loin d’être inutile en ces temps troublés. Un album à déguster au soleil printanier.
Jean-Louis Lemarchand
En concert le 19 avril au New Morning (75010). Alfredo Rodriguez en trio avec Reinier Elizarde (contrebasse) et Michael Olivera (batterie).

Deja un comentario