Alexandra David-Néel. Une aventurière au Musée

Musée Guimet de Paris

Paris le 17 avril 2017.

L’exposition consacrée à Alexandra David-Néel (1868-1969), – exploratrice, philosophe, écrivain –, évoque des pans de vie de celle pour qui le musée représentait « toute sa jeunesse et ses aspirations de débutante orientaliste », et le legs qu’elle fit au musée d’un ensemble d’œuvres et d’ouvrages tibétains, collectés lors de ses séjours au Sikkim et au Tibet.

Dans l’ouvrage L’Inde où j’ai vécu, Alexandra David-Néel raconte sa première visite au musée Guimet, peu après la fondation de celui-ci en 1889, ainsi que la naissance de sa vocation dans ce lieu qu’elle considérait comme un temple, soulignant les moments qu’elle passa parmi « les figures énigmatiques des déités qui trônaient dans les galeries sombres du musée Guimet ». Adoptant le bouddhisme en 1892, elle entame, en 1911, après son voyage en Inde de 1894, un grand périple en Asie qui durera quatorze ans et se terminera à Lhassa, but ultime de son voyage. Elle fut ainsi la première européenne à atteindre la capitale du Tibet. Sa réputation de « dame lama » s’était en retour répandue durant ses séjours himalayens, par le biais des personnalités religieuses qu’elle avait rencontrées, dont le 13e Dalaï Lama.

L’exposition présente une sélection d’œuvres issues du legs Alexandra David-Néel au musée : ouvrages en langue tibétaine, dont de très précieux manuscrits, mais aussi peintures et masques de danse rituelle, qu’elle rapporta de ses voyages, porteurs d’un riche symbolisme et illustrant les enseignements du bouddhisme ésotérique. Des lettres manuscrites, des objets personnels, ainsi qu’un choix de photographies prises durant ses séjours au Sikkim et au Tibet proviennent des collections de la Maison Alexandra David-Neel de Digne-les-Bains.

Femme hors du commun, exploratrice hors pair, cette grande personnalité aura marqué l’histoire de la découverte du Tibet et du bouddhisme tibétain par l’Occident. La présentation est complétée par une sélection de planches de la bande dessinée Une vie avec Alexandra David-Néel de Fred Campoy.

Autour de l’exposition :

Fred Campoy et Mathieu Blanchot, Une vie avec Alexandra David-Néel bande dessinée en 2 tomes coédition Grand Angle/MNAAG – 16,90 €

« Quand la plus grande aventurière du 20e siècle dévoile ses secrets… 1959. La jeune Marie-Madeleine entre au service d’une vieille femme despotique : Alexandra David-Néel, exploratrice, philosophe, écrivain, qui fut, au début du siècle, la première femme blanche à entrer au Tibet. Dans la villa de Digne où s’entassent les souvenirs de 14 années passées en Asie, Marie-Madeleine plonge dans la vie exceptionnelle de l’aventurière (tome 1). Dans le tome 2, (publié en février 2017) Alexandra fête ses 100 ans d’existence et entreprend à son âge de refaire un dernier « petit voyage ». Racontée par Marie-Madeleine, le présent et le passé d’Alexandra s’entremêlent allant de l’épisode de Lhassa jusqu’à son enfance difficile, en passant par sa découverte du musée Guimet. »

Alexandra David-Néel. Une aventurière au Musée. 22 février au 22 mai 2017. Présidente du MNAAG Sophie Makariou. Commissariat Nathalie Bazin, conservateur en chef du patrimoine. MNAAG 6, place d’Iéna, 75116 Paris. Catalogue Coédition MNAAG/RMN–GP 48 pages, 42 illustrations – 10 euros.

Publié par Félix José Hernández.