De Rouge et de Noir. Les vases grecs de la collection de Luynes

Paris le 9 septembre 2015.

La Bibliothèque nationale de France présente pour la première fois depuis plus de 60 ans l’intégralité des vases grecs de la collection de Luynes. Les 100 céramiques exposées au musée des Monnaies, médailles et antiques proviennent des découvertes archéologiques réalisées en Italie au XIXe siècle. Elles permettront au visiteur de redécouvrir les plus belles pièces des ateliers de potiers athéniens des VIe et Ve siècles avant J.- C.

L’ensemble de ces vases grecs ornés de rouge et de noir retrace l’histoire d’un artisanat tiré vers les sommets, et convoque l’esprit et la vie de la Grèce antique. Ces oeuvres remarquables au riche décor figuré se proposent au regard moderne comme les pièces désassemblées d’un puzzle, sorties des fours grecs voici 2500 ans. Elles ont été rassemblées par le duc de Luynes au sein de sa fameuse collection d’archéologie et de numismatique, dont le don à la Bibliothèque nationale en 1862 est l’un des plus prestigieux jamais offert à une institution
française.

Honoré d’Albert, duc de Luynes (1802-1867) est une des plus illustres figures des arts et de l’archéologie du XIXe siècle. Ce riche aristocrate, érudit et mécène, était passionné d’antiquité. À Paris comme en Italie ou en Grèce, il a constitué un ensemble unique de monnaies et d’oeuvres antiques. À la fin de sa vie, il donna ces pièces au « Cabinet des Médailles » afin qu’elles soient visibles par tous et puissent être étudiées par les savants. L’ensemble des 100 vases en céramique a été rassemblé par le duc entre les années 1820 et 1850; à cette époque, les plus beaux exemplaires, issus des fouilles d’Etrurie et d’Italie du Sud, sont avidement recherchés par les grands collectionneurs et les musées d’Europe. Reflets du goût de l’homme qui les a choisis, ils offrent tous un intérêt à la fois esthétique et thématique.

Les vases grecs : Cette collection permet de découvrir comment les artisans athéniens ont créé l’une des productions de céramiques les plus sophistiquées. Leur décor provient presque uniquement du contraste entre la couleur rouge de l’argile propre à la région d’Athènes et le beau vernis noir brillant. Destinés aux élites grecques mais aussi étrusques qui les faisaient venir en Italie, ces vases étaient principalement utilisés dans la vie quotidienne, dans le cadre du banquet ou pour la toilette. Certains étaient aussi choisis pour honorer les dieux ou les morts. L’habitude de les décorer de scènes figurées très soignées, parfois complexes, représentant hommes et dieux, est une particularité de l’antiquité grecque qui participe à faire des plus beaux vases de véritables chefsd’oeuvre.

Les vases de la collection de Luynes et la riche iconographie qu’ils portent sont un formidable répertoire pour approcher la Grèce antique. Les mythes sont largement illustrés : dieux olympiens, héros (Héraclès, Thésée, Ulysse …) ; le monde dionysiaque autour de la consommation du vin est particulièrement important sur des vases destinés à être utilisés lors des banquets. Les images permettent aussi de mieux comprendre certains aspects de la vie quotidienne des Athéniens : le banquet, les jeux athlétiques, la guerre, la séduction… Chaque vase éclaire une facette de la vie et des croyances antiques et tous se font écho pour raconter la civilisation grecque.

De Rouge et de Noir. Les vases grecs de la collection de Luynes. Commissariat : Cécile Colonna, conservateur, département des Monnaies, médailles et antiques, BnF. Coordination : Joël Cramesnil, chargé d’exposition, BnF. Publication De Rouge et de Noir. Les vases grecs de la collection de Luynes. 128 pages, 150 illustrations. Éditions Gourcuff-Gradenigo. Jusqu’au le 31 octobre 2015. BnF I Richelieu. Musée des Monnaies, médailles et antiques. 5, rue Vivienne – Paris 2e.

Félix José Hernández.

Hispanista revivido.