Paris le 20 septembre 2016.

Fort Sill, Oklahoma, été 1904. Le fonctionnaire S.M. Barett a réussi à convaincre le président Roosevelt de recueillir les mémoires de Geronimo. Un siècle plus tard, Clément Xavier et Lisa Lugrin décident d’aller à la rencontre des descendants du mythique chef indien, parqués dans des réserves au sud des États-Unis.

Chemin faisant, ils adaptent en bande dessinée les mémoires du résistants apache et poursuivent leur reportage anthropologique. Résultat: un roman graphique à mi chemin entre le documentaire et la fiction, qui prend le prétexte du western et de l’aventure pour parler du monde contemporain et de la colonisation, de notre rapport à l’argent, à la nature et au nomadisme.

Voici la biographie dessinée du célèbre chef indien Geronimo. C’est aussi le nouveau roman graphique de deux jeunes auteurs talentueux et prometteurs, déjà récompensés pour Yékini, le roi des arènes. Ils nous font redécouvrir l’histoire méconnue du grand guerrier apache. Comment vécut-il, quel homme était-il, et que nous a-t-il transmis ?

« Geronimooo ! » ont crié les forces spéciales qui ont tué Ben Laden, du nom de code attribué à cette opération militaire. La communauté d’Indiens d’Amérique s’en était ainsi offusqué. Pourquoi choisir le nom de ce guerrier Apache pour désigner la capture d’un ennemi mondial ?

Lisa Lugrin et Clément Xavier sont partis à la rencontre de ces Indiens apaches, héritiers  directs de Geronimo et de sa philosophie. Ils ont participé à leurs cérémonies, leurs rituels, leurs quotidiens. Ils se sont également largement documentés sur ce représentant de la philosophie apache, notamment à travers un ouvrage essentiel, celui S. M. Barret : Les Mémoires de Geronimo. Inspecteur Général de l’Education en 1904, S. M. Barret recueille le témoignage direct de Geronimo, alors prisonnier de guerre à Lawton (Oklahoma) loin de son Arizona natal.

C’est principalement à travers cette rencontre, que nous parvient la vie de Geronimo.

 « Clément Xavier et Lisa Lugrin avancent par imbrications concentriques, lorgnant du côté du roman d’apprentissage et du documentaire. » Le Monde

« Usant d’un dessin simple et  puissant, en alternance avec de nombreuses photos des différents protagonistes et lieux de cette singulière histoire, les auteurs donnent un ton épique et vivant à leur narration. »  La Revue dessinée

« Deux artistes qui manient le reportage et la fiction à merveille. » Beaux Arts magazine

La vie de Geronimo, le livre sur une grande aventure appelée à devenir lui aussi  un classique!

Lise Lugrin est née en 1983 à Thonon-les-Bains. Elle réside à Marseille.

Clément Xavier est né en 1981 à Maputo au Mozambique. Il réside à Marseille.

Clément et Lisa se rencontre au lycée autour d’une photocopieuse où ils impriment leur premier fanzine de bande dessinée.

Lisa suit des études d’anthropologie et de cinéma, avant de revenir à la bande dessinée. Lisa et Clément sont diplômés de l’école de bande dessinée d’Angoulême, et mènent de nombreux ateliers de BD qui donnent lieu à diverses publications (Django Banjo, 2012, Légende du Voyages, 2013). Ils fondent  également les Éditions Na, et deux revues internationales de bande dessinée, Modern Spleen et L’Episode.

 En parallèle, ils sont accueillis en résidence à la Maison des auteurs d’Angoulême durant laquelle ils participent  à Afghanistan, un collectif initié par les éditions Flblb, paru en juin 2011. Ils ont également travaillé pour La Charente Libre, et publié des récits dans les revues L’impossible de Michel Butel, les Anthologies de Stefano Ricci et Anke Feuchtenberger. Par ailleurs, ils ont signé le scénario et les illustrations du court-métrage d’animation Modern Spleen produit et diffusé par Canal + en 2010.

En 2015, ils reçoivent le prix Révélation au Festival d’Angoulême pour Yékini, le roi des arènes (Éditions Flblb).

Geronimo, mémoire d’un résistant Apache. Dessin: Lise Lugrin. Scénario: Clément Xavier. 400 pages. Conception graphique: Trait pour Trait. Un livre publié par Vincent Bernière.  © 2016 Éditions Delcourt. ISBN: 978-2-7560-5029-4

Publié par  Félix José Hernández.

 

Deja un comentario