Hergé au Grand Palais

Andy Warhol, Portrait d’Hergé, 1977, Sérigraphie sur toile rehaussée d’acrylique, 102 x 102 cm, collection particulière © The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts, Inc. / ADAGP, Paris 2016 © Jean–Pol Stercq / ADAGP, Paris 2016

Paris le 24 août 2016.

L’exposition offre l’occasion de décrypter l’art d’Hergé, dessinateur qui use de tous les moyens dont il dispose et ne se prive jamais de s’inspirer des autres arts. Les civilisations anciennes et primitives le fascinent. Il admire les grands maîtres depuis toujours. Il s’essaye lui-même à la peinture dans les années 1960. C’est à cette époque qu’il se passionne aussi pour les artistes les plus avant-gardistes de son temps et collectionne Warhol, Lichtenstein, Fontana, Dubuffet, Raynaud…. Dans ses cases, comme au cinéma, en peinture ou en photographie, il multiplie les plans, les cadres et les perspectives. Tout un ensemble de procédés l’aident à composer ces scènes, ces séquences et ces images dont la force a marqué des générations de lecteurs de Tintin.

Ce qui singularise et distingue l’art d’Hergé c’est aussi son extraordinaire capacité à restituer le réel sous une forme inventive mais si familière que le lecteur se projette aisément dans ce monde, pourtant créé de toutes pièces. Par des traits simples, d’une justesse redoutable, il cerne les contours de notre existence et donne naissance à des personnages emblématiques qui incarnent les grandes valeurs de la société. Ces personnages se trouvent confrontés à toutes sortes de situations rocambolesques qui résonnent souvent avec l’histoire du XXe siècle. Mais l’exposition est aussi l’occasion de révéler une facette moins connue du grand public : sa brillante carrière de graphiste publicitaire dont témoigne des affiches d’une grande inventivité formelle.

Tout a commencé le 10 janvier 1929 avec la publication des premières aventures de Tintin dans Le Petit Vingtième, et ne cessa d’évoluer au fil des années et des rencontres, celle de Tchang en 1934 notamment compte parmi les plus décisives. Alors qu’Hergé travaille sur l’idée d’un Tintin en Extrême Orient, ce jeune étudiant chinois l’initie à la culture de son pays et participe étroitement à l’élaboration du Lotus bleu, premier chef-d’œuvre incontestable d’Hergé, après quatre histoires où l’on voit sa progression vers la maîtrise de son art. Sans trop s’en rendre compte, Hergé entame une fabuleuse carrière d’auteur, tout à la fois dessinateur et scénariste virtuose. Sans en avoir véritablement conscience, il crée un style, une ligne, une école. Sa notoriété et son succès ne feront que croître tout au long du vingtième siècle, en Belgique, en Europe et dans le monde entier.

En remontant le temps, l’exposition nous ramène également au tout jeune Georges Remi, ce gamin de Bruxelles qui, avant de devenir Hergé, se nourrissait à l’école du cinéma et découvrait l’esthétique du noir et blanc sur grand écran. Il se délectait tout autant des romans d’aventures que des histoires illustrées et des récits « à ballons » en provenance de France et des États-Unis. Sa passion pour le dessin date de cette époque et ses premières illustrations, publiées dans la presse catholique belge, montrent qu’il excellait déjà dans l’art de raconter des histoires.

Crée par Fanny Rodwell en 2009 à Louvain-la-Neuve, près de Bruxelles, le Musée Hergé s’associe à la Rmn – Grand Palais pour dévoiler les multiples facettes de son œuvre à travers la plus grande réunion à ce jour de planches originales, de peintures dont il s’entourait, de photographies, tout en évoquant les rencontres qui guident sa vie et sa vision artistique. Ses interviews, ses écrits, ses témoignages expliquent ses choix, font revivre ses hésitations, sa vivacité, sa curiosité sans borne, et déroulent le parcours d’un grand artiste.

Hergé. 28 septembre 2016 – 15 janvier 2017. Grand Palais, Galeries nationales. Commissariat:  Jérôme Neutres, directeur de la stratégie et du développement à la Rmn-Grand Palais  & Sophie Tchang, conservatrice au Musée Hergé. Publication en coédition Réunion des musées nationaux – Grand Palais / Moulinsart, Paris 2016: Catalogue de l’exposition, 21 x 24,8 cm, 304 pages, relié. Album de l’exposition,  23,5 x 28,5 cm, 48 pages, relié. Exposition organisée par la Réunion des musées  nationaux – Grand Palais en collaboration avec Le Musée  Hergé.

Contacts presse : Réunion des musées nationaux – Grand Palais 254-256 rue de Bercy 75 577 Paris cedex 12. Florence Le Moing & Svetlana Stojanovic.

Publié par Félix José Hernández.