Versailles le 9 octobre 2016.

Que mange-t-on aux tables des résidences royales ? Comment fait-on sa toilette ? De quels objets courtisans et domestiques s’entourent-ils? Quels matériaux sont utilisés pour construire les palais et orner les fontaines des jardins ?

L’exposition présente environ 200 objets mis au jour lors des chantiers archéologiques, réalisés sur les domaines de Versailles, Trianon et Marly. De la pipe en terre aux éléments de rocaillage des fontaines, du dé à jouer d’un garde suisse à la fontaine filtrante de Louis-Philippe, tous ces éléments sont de précieux témoins de l’histoire des lieux.

Enfouis pendant deux ou trois siècles, ces objets du quotidien, modestes, mis au rebut ou simplement perdus, ces fragments de décor remplacés ou détruits, révèlent les usages dans les résidences royales, aussi bien sur le plan des techniques de construction et de décor, que sur celui de l’hydraulique ou encore sur celui des pratiques personnelles de tous leurs occupants, qu’ils soient membres de la famille royale, courtisans ou domestiques.

Depuis 1990, des fouilles archéologiques régulières sont menées dans les bosquets, fontaines, aménagements architecturaux de Versailles, de Trianon et plus récemment de Marly. Du simple sondage à la fouille complète, ces chantiers répondent à des préoccupations de recherche ou interviennent en amont de travaux.

Si dans l’imaginaire collectif, l’archéologie s’applique à la Préhistoire, à l’Antiquité ou au Moyen-Age, cette discipline se révèle aussi essentielle pour les époques moderne et même contemporaine (XVIe – XXe siècles). Elle vient confirmer, nuancer, voire contredire nos connaissances. Elle permet d’apporter aujourd’hui un regard différent sur les châteaux de Versailles, Trianon et Marly.

La vie retrouvée à Marly et à Versailles, 25 années d’archéologie royale. 1er octobre 2016 – 5 février 2017. Musée promenade, parc de Marly. Exposition présentée avec le soutien du château de Versailles. Commissariat : Géraldine Chopin, directrice du Musée-Promenade, Annick Heitzmann, chargée de recherche en archéologie, Centre de recherche du château de Versailles.

Publié par Félix José Hernández.

Deja un comentario