Le bureau de Louis XIV.
Le bureau de Louis XIV.

Versailles le 21 mars 2016.

Chère Ofelia,

Hier, j’ai eu l’opportunité de visiter e château de Versailles. On m’a offert très aimablement cette documentation à propos de la réouverture de la galerie des carrosses, que je t’envoie avec cette lettre. Je te prie de la faire circuler là-bas à La Havane, parmi nos amis qui connaissent la langue de Molière.

Le bureau du roi Louis XIV, réalisé par Alexandre-Jean Oppenordt (1639-1715), retrouve le château de Versailles après 264 années d’absence.

Classé Trésor National, il a été préempté par l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles en novembre 2015. Il a été acquis grâce au mécénat d’AXA et de la Société des Amis de Versailles dans le cadre de son partenariat avec la fondation du patrimoine.

Ce bureau brisé, livré en 1685, est en chêne, placage d’ébène et palissandre de Rio. Le chiffre du roi est omniprésent dans la marqueterie de laiton et d’écaille rouge gravée. Le bureau fait partie d’une paire commandée par les Bâtiments du roi pour le Cabinet où le roi écrit, cabinet privé en arrière de la galerie des Glaces à l’emplacement de l’actuelle pièce des bains de Louis XVI. Son pendant est actuellement conservé au Metropolitan Museum de New York.

Un certain nombre de documents révèlent le nom des artisans qui sont intervenus sur ce meuble et notamment Alexandre-Jean Oppenordt, ébéniste ordinaire du roi. L’exubérance des arabesques du plateau rappelle fortement les compositions du dessinateur de la Chambre du roi, Jean Ier Bérain. Jugé démodé et vendu en 1751, il se retrouve en Angleterre au XIXe siècle dans les collections du baron Ferdinand James Anselm de Rothschild (1839-1898). Il est alors transformé en secrétaire à pente.

Avant de le présenter au public, une restauration de ce meuble prestigieux est nécessaire. Il est prévu qu’il soit restitué dans sa forme originelle de bureau brisé. Un comité scientifique est constitué pour l’occasion, comprenant notamment Daniëlle Kisluk-Grosheide, conservateur en chef des sculptures et des arts décoratifs européens au Metropolitan Museum de New York où est conservé le second bureau, dans son état d’origine du XVIIe siècle.

Ainsi l’acquisition de ce meuble, l’une des rarissimes pièces d’ébénisterie réalisée pour Louis XIV et de surcroît pour Versailles, aujourd’hui conservée, constitue un enrichissement considérable pour les collections du musée. Après sa restauration, il sera présenté dans le salon de l’Abondance auprès du cabinet des Médailles, aujourd’hui disparu, où Oppenordt s’était illustré et non loin du cabinet où le roi écrit pour lequel il avait été livré.

Avec le soutien de la Société des Amis de Versailles, en partenariat avec la Fondation du Patrimoine.

Service de Presse du Château de Versailles : Hélène Dalifard, Aurélie Gevrey, Elsa Martin, Violaine Solari.

Je t’embrasse depuis notre chère et cultivée France,

Félix José Hernández.

Deja un comentario