Los soberanistas escoceses y quebequences saludan la independencia de Cataluña

Los líderes soberanistas quebequenses han reconocido inmediatamente la indpendencia de Cataluña y han instado al gobierno de la provincia a que haga lo mismo.

 

Los líderes soberanistas quebequenses reconocieron rápidamente la independencia de Cataluña el viernes por la tarde y  reclamaron que los gobiernos de Canadá y de Quebec también lo hagan. Lamentan que el gobierno español cierre la puerta a cualquier tipo de diálogo con el de Cataluña.

“Ante la negativa de Madrid a entablar negociones, Cataluña ha declarado su independencia, el partido quebequés la reconoce y apoya, a escrito en Twitter el jefe del partido Jean François Lisée.

Durante una entrevista el portavoz del partido quebequés (PQ), Stéphane Bergeron, estimó que el resultado del reciente referéndum, que arrojó un 90% de respuestas positivas, no dejaba dudas respecto al deseo del pueblo catalán.

“Estamos hablando de una mayoría absoluta a favor de la independencia, y eso es incontestable. Los observadores internacionales, entre los que yo me encontraba, han validado allí la conformidad del proceso de votación”.

 

Les leaders souverainistes québécois ont rapidement reconnu l’indépendance de la Catalogne, vendredi avant-midi, et ont réclamé des gouvernements du Canada et du Québec qu’ils fassent de même. Ils regrettent que le gouvernement espagnol ferme la porte à tout dialogue avec celui de la Catalogne.

RADIO-CANADA AVEC REUTERS

« Face au refus de négocier de Madrid, la Catalogne déclare son indépendance, le Parti québécois la reconnaît et l’appuie », a écrit sur Twitter le chef péquiste Jean-François Lisée.

En entrevue, le porte-parole du Parti québécois (PQ) en matière de relations internationales, Stéphane Bergeron, a estimé que le résultat du récent référendum, où le oui l’a emporté à 90 % selon Barcelone, était sans équivoque.

C’est une majorité absolue en faveur de l’indépendance, et ça, c’est incontestable. Les observateurs internationaux, et j’en étais, ont confirmé la validité du processus sur place.

Stéphane Bergeron, député du PQ

M. Bergeron a déploré la décision du gouvernement d’Espagne de maintenir la ligne dure et de menacer l’autonomie catalane.

« Je suis un peu, pour ainsi dire, hébété par ce qui se passe, dans la mesure où, depuis la veille du référendum, le gouvernement catalan appelle au dialogue, et c’est l’absence de dialogue – l’entêtement de Madrid – qui a poussé les Catalans à proclamer leur indépendance », a-t-il déclaré.

« Je pense que, plus que jamais, la communauté internationale devra intervenir pour éviter les débordements auxquels Madrid nous a habitués au cours des dernières semaines », a ajouté le député de Verchère.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire, abondait dans le même sens : « Le geste posé ce matin par l’Assemblée catalane était tout à fait la suite logique du processus qui a été enclenché depuis déjà un certain temps. »

« L’indépendance de la Catalogne est maintenant chose faite. Sachez que nous, à Québec solidaire, on le reconnaît et on espère que tous les démocrates de ce monde le reconnaissent. »

C’est plutôt émouvant de voir la naissance d’un peuple.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

La leader du Bloc québécois, Martine Ouellet, a également insisté, sur Facebook, sur le fait que le processus a été « totalement démocratique et pacifique en respect du droit international ».

La Catalogne 194e pays à l’ONU, le Québec et le Canada doivent reconnaître le nouveau pays de la Catalogne.

Martine Ouellet, chef bloquiste, sur Facebook

« Vive la Catalogne libre! » a aussi écrit Mme Ouellet en publiant une image du drapeau de la Catalogne.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a, quant à lui, ménagé la chèvre et le chou. « Le Québec partage une riche relation avec la Catalogne et des liens d’amitié profonds avec l’Espagne », a-t-il déclaré en rappelant que « l’Assemblée nationale avait adopté une motion le 4 octobre dernier qui appelait au dialogue politique et démocratique entre la Catalogne et l’Espagne ».

Pour la suite, ce n’est pas au Québec de s’ingérer dans ce débat de politique ou de dicter la marche à suivre.

Philippe Couillard

« Nous croyons toujours qu’un dialogue politique et démocratique est incontournable pour dénouer cette impasse », a ajouté le premier ministre québécois.

Des appuis en Écosse

Le gouvernement autonome d’Écosse, dirigé par les indépendantistes du Parti national écossais (SNP), a offert un appui mesuré au gouvernement catalan. « Nous comprenons et respectons la position du gouvernement catalan », a commenté la ministre écossaise chargée des Affaires extérieures, Fiona Hyslop, dans un communiqué.

Si l’Espagne a le droit de s’opposer à l’indépendance, le peuple de Catalogne doit avoir le pouvoir de déterminer son propre avenir

Fiona Hyslop, ministre écossaise chargée des Affaires extérieures

« La déclaration d’indépendance n’est arrivée qu’après le rejet d’appels répétés à un dialogue [avec Madrid] », a-t-elle poursuivi, estimant que « l’Union européenne a une responsabilité politique et morale de soutenir le dialogue pour déterminer comment la situation peut être réglée pacifiquement et démocratiquement ».

Fiona Hyslop avait déjà appelé au dialogue après le référendum catalan du 1er octobre, déclaré illégal par Madrid. « L’Espagne maintiendra que ce vote n’est pas légitime, mais la force du sentiment démontrée ne peut être ignorée par l’Espagne ni plus globalement par l’Europe et la communauté internationale », avait-elle dit deux jours après le vote.

En septembre 2014, un référendum organisé en Écosse avec l’accord de Londres a abouti au rejet de l’indépendance et le SNP avait jugé alors qu’il n’y aurait pas de nouveau référendum à moins d’une évolution majeure.

La perspective du Brexit, une option appuyée par une majorité de Britanniques, mais rejetée par une majorité d’Écossais, a cependant changé la donne. La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a estimé ce mois-ci que l’Écosse devrait pouvoir choisir son propre avenir une fois que les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne seront claires.

Hispanista revivido.