Metz le 8 novembre 2016.

Le Centre Pompidou-Metz consacre une exposition à une figure majeure du XXe siècle, l’artiste et chorégraphe  allemand Oskar Schlemmer (1888-1943), qui révolutionna l’art de la danse et de la performance au sein du Bauhaus notamment.

En plaçant l’étude du corps en mouvement et du corps dans l’espace au cœur de sa réflexion artistique, Oskar Schlemmer a posé des jalons précoces et essentiels dans l’histoire des arts scéniques. L’exposition témoigne de son désir de créer un art de la scène moderne à part entière, à travers son œuvre-manifeste, Le Ballet triadique, mais aussi ses performances, danses et fêtes du Bauhaus, ou encore ses mises en scène d’œuvres de grands compositeurs comme Igor Stravinksy ou Arnold Schönberg.

L’ambition de Schlemmer n’est autre que de renouveler la conception de l’art de son époque, reliant les conceptions humanistes de la Renaissance et l’énergie de l’avant-garde. C’est lorsqu’il fut maître de formes puis chargé du cours sur l’Homme au Bauhaus entre 1921 et 1929 que se cristallisent des formes radicalement nouvelles qui naissent de ses idées et de ses théories. L’exposition met en évidence ce parcours exigeant et ouvert à toutes les nouveautés, à partir d’œuvres majeures et spectaculaires issues pour la plupart des collections du Bühnen Archiv Oskar Schlemmer.

À travers l’œuvre d’Oskar Schlemmer, on découvre un autre Bauhaus, qui, au-delà de la célèbre école d’arts appliqués, a été un terrain essentiel d’expérimentations performatives et chorégraphiques dans l’entre-deux-guerres dont les échos sont encore perceptibles aujourd’hui.

Au cœur de l’espace, les fascinants costumes-sculptures inventés par Oskar Schlemmer se déploient sur une grande scène, autour de laquelle gravitent nombre de dessins, notamment l’exceptionnel livre d’esquisses Tanz Figurinen condensant la pensée de Schlemmer sur une quinzaine d’années, ainsi que des archives photographiques et filmiques faisant revivre l’atmosphère de l’époque. Le parcours fait également la part belle à un riche corpus d’œuvres de Giorgio de Chirico, Constantin Brancusi, Alexandra Exter ou encore d’artistes rencontrés au Bauhaus – notamment Vassily Kandinsky, László Moholy-Nagy et Paul Klee – qui révèle le caractère primordial des influences réciproques entre l’œuvre de Schlemmer et celui de ses contemporains.

Accompagnée d’une programmation associée, l’exposition sera ainsi l’occasion de revivre l’effervescence du Bauhaus comme une scène ouverte à toutes les expérimentations. Ce projet prend ainsi tout son sens au Centre Pompidou-Metz, héritier de ces expériences pionnières de décloisonnement des arts, alors que l’exposition Musicircus. Œuvres phares du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, explorant les liens entre musique et arts visuels au XXe siècle, résonne dans la Grande Nef.

Oskar Schlemmer, L’Homme qui danse. Du 13 octobre 2016 au 16 janvier 2017. Galerie 2. Commissariat : C. Raman Schlemmer & Emma Lavigne, Directrice du Centre Pompidou-Metz.

Publié par Félix José Hernández.

 

 

Deja un comentario