Work. Travail. Arbeid

anak

Foto:Anne Teresa De Keersmaeker

Paris le 3 février 2016.

Et si on présentait une chorégraphie comme une exposition ? Au croisement des disciplines, le Centre Pompidou en collaboration avec l’Opéra national de Paris, présente « Work/Travail/Arbeid », une exposition chorégraphique, imaginée par la célèbre chorégraphe belge, Anne Teresa De Keersmaeker. Ce projet ébranle la manière conventionnelle de penser, de construire et d’expérimenter autant la danse que l’exposition.

« La spécificité du Centre Pompidou, son originalité, c’est d’être un centre d’art et de culture pluridisciplinaire. C’est la rencontre inattendue entre un musée, des spectacles vivants, du cinéma, une bibliothèque et un institut de recherche acoustique / musique (Ircam). J’ai souhaité que cette rencontre soit encore plus productive et engager une dynamique de travail commun autour des programmations, car l’interdisciplinarité, ce marqueur de la personnalité du Centre Pompidou, est aussi une caractéristique de l’art contemporain. Le projet très singulier de Anne Teresa De Keersmaeker l’illustre magnifiquement dans la Galerie sud ». Serge Lasvignes, président du Centre Pompidou.

La chorégraphie a été spécialement composée et adaptée pour investir la Galerie sud, au Centre Pompidou.

« Work/Travail/Arbeid » est une adaptation de « Vortex Temporum », une pièce chorégraphiée à partir de l’œuvre musicale du même nom du compositeur français Gérard Grisey, selon les conditions temporelles, spatiales et perceptives propres à l’espace scénique.

Les danseurs de la compagnie Rosas et les musiciens de l’ensemble Ictus qui interprètent « Work/Travail/Arbeid » n’importent pas seulement un ballet dans la Galerie sud du Centre Pompidou. Ils réinterprètent la danse sous la forme d’une exposition de neuf jours, accessible comme telle au public. La durée initiale du ballet s’étire sur des cycles de neuf heures. Chaque heure propose une nouvelle partie de la chorégraphie et une nouvelle association de danseurs et de musiciens.
Ce projet métamorphose la matière et le contexte qui ont longtemps caractérisé la danse et donne à l’écriture chorégraphique rigoureuse d’Anne Teresa De Keersmaeker une forme nouvelle.

Anne Teresa De Keersmaeker explore depuis des années les liens entre musique et danse en les isolant ou en les juxtaposant. « Vortex Temporum » adopte cette structure, comme pour nous demander de « voir » le mouvement, quand seul le son nous est offert, et de percevoir la musique, quand seule la danse est visible. Cette exposition chorégraphique révèle l’activité conceptuelle, technique et physique – en somme, le travail – épine dorsale de son œuvre tout entière.

Cette exposition chorégraphique initialement conçue au centre d’art contemporain WIELS à Bruxelles, en mars-mai 2015, sera après le Centre Pompidou, présentée à la Tate Modern à Londres, du 8 au 10 juillet 2016, puis au MoMA du 25 mars au 2 avril 2017.

« Un spectacle de danse, en principe, fait converger l’ensemble de strates accumulées lors du travail en répétition. Je me suis dit qu’ici, il serait intéressant de voir la simplicité et la beauté des mouvements physiques isolés de l’ensemble, couche par couche, et de suggérer de la sorte l’infini des combinaisons possibles de ces éléments ». Anne Teresa De Keersmaeker.
Anne Teresa De Keersmaeker vient de recevoir un Lion d’or à La Biennale d’art contemporain de Venise 2015 pour l’ensemble de son œuvre.

Une exposition chorégraphique au Centre Pompidou réalisée avec l’Opéra national de Paris, en coproduction avec la compagnie Rosas, WIELS (Bruxelles) avec le soutien de la Fondation BNP Paribas.

Work/Travail/Arbeid a vu le jour grâce au soutien de De Munt/La Monnaie, Palais Des Beaux-Arts Bruxelles (BOZAR), Kaaitheater, Kunstenfestivaldesarts, Ictus, BNP Paribas Fortis, Fondation BNP Paribas et Rolex Institute.

Centre Pompidou 75191 Paris. 26 février – 6 mars 2016. Galerie Sud, Niveau 1. Serge Laurent Chef de service des Spectacles Vivants.

Publié par Félix José Hernández.

Hispanista revivido.